Connexion

Avance rapide

Nouveau venu dans le paysage de la science-fiction, Michael Marshall Smith fera très rapidement parler de lui s'il poursuit sur sa lancée. Sa prose ressemble à du Sheckley survitaminé avec un solide sens du rythme et de l'action. Le narrateur, Stark, une sorte de détective privé chargé des missions difficiles, a le sens du raccourci et de la répartie. Dans cette société, les quartiers, à l'échelle de villes, sont cloisonnés par spécialités : pour visiter le quartier Rouge, très délinquant, on descend à Fuck Station Métro ; soyez inventifs dans l'art de vous habiller, les murs du quartier Coloré vous en seront reconnaissants ; le quartier du Son, par contre, déteste le bruit ; le quartier Stable, le plus fermé, est un cauchemar de vie moyenne et étriquée, mais il semble préférable au quartier Centre Action où les Actionneurs ne perdent jamais leur temps (le bracelet montre décomptant leur temps de rendez-vous explose à la fin de l'entrevue !). Stark est chargé de retrouver un homme d'affaires qui a disparu, tâche dont il s'acquitte assez facilement dans le premier tiers du roman.

Mais c'est pour plonger dans de plus grands ennuis quand il est avéré que son protégé est malade de ses rêves et risque de mourir pour cela. De polar cyberpunk, le roman bascule dans un délire cauchemardesque où la réalité semble remise en question, où la vie rêvée prend le pas sur le reste et où la seule issue passe par la connaissance de soi. Du grand art !

Un ton goguenard des plus réjouissants, une intrigue savamment bâtie, un univers délirant pas si décalé du nôtre qu'en apparence, un humour ravageur omniprésent qui ne nuit pas à l'action ni n'empêche pas les passages chargés d'émotion, Avance rapide est une petite bombe littéraire qui fera du bruit.

Ça vient de paraître

La Marche funèbre des Marionnettes

Le dernier Bifrost

Bifrost n° 114
PayPlug