Connexion

e-Bélial' Nouvelles

e-Bélial', c'est aussi de nombreuses nouvelles disponibles à la pièce et à petits prix, toujours sans DRM !

Chaque mois, Le Bélial' vous propose une nouvelle gratuite à lire sur le blog Bifrost ou à télécharger. De nombreuses nouvelles sont également disponibles gratuitement en permanence, un bon moyen de tester nos livres numériques avant d'en acheter pour de bon.

Certaines nouvelles sont extraites de recueil, vous les reconnaîtrez au symbole .

Disponible   À paraître   Bientôt épuisé   En réimpression   Épuisé

La Cité du rire

La Cité du rire

« Tout le monde s’était moqué du gouverneur quand il avait annoncé le projet d’un parc d’attractions capable de mettre un terme à la souffrance des enfants en douceur – des montagnes russes permettant de faire glisser ses passagers dans l’inconscience avant d’arrêter leur cœur. » Humoriste essayant de percer, Skip se retrouve embauché dans un tel parc d’attraction alors qu’une épidémie ravage le monde, touchant en premier lieu les enfants. Un job comme un autre ? Jusqu’au moment où Skip fait la connaissance de Dorrie et de son fils Fitch…

Une nouvelle puissante et sensible, récompensée par le Prix des lecteurs de Bifrost 2023.

Épuisé  

Par une route sans fin

Par une route sans fin

« Absorbée par un gémissement du bébé, qu’elle inspecte rapidement en se tordant le cou, Abi ne voit pas l’automobile surgir devant elle. Énorme et argentée, comme elle n’en a jamais croisé, jaillie de nulle part, et qui lui barre désormais la route. Une voix de femme l’interpelle en anglais, grave : ”Grimpe si tu veux vivre.” »

C’est avec « Par une route sans fin », nouvelle de SF aussi référencée qu’audacieuse, qu’Élodie Denis a déboulé dans les pages de Bifrost. Un pari gagnant, puisque sa nouvelle a été récompensée par le Prix des lecteurs de la revue, millésime 2023.

Épuisé  

Demande d'extraction

Demande d'extraction

« Quand ils arrivent enfin à soulever l’aile encore fumante du transport de troupes et à extirper Beasley qui s’y trouvait coincé, Eliott et les autres restent muets, le regard fixe. Le bras maigre et nerveux sous les tatouages bioluminescents est presque arraché ; au-dessous des hanches, il ne reste plus qu’un haché de chair et d’éclats d’os. »

L'escouade de soldats et de bagnards d’Elliot s’écrase au milieu d'un marais sur une planète étrangère, à des années-lumière de toute aide. Les récupérer ne semble pas être une priorité. Surtout, il y a a quelque chose d’autre dans ces marécages. Quelque chose qui les prend, un par un… Une nouvelle nerveuse, à la brutalité viscérale, par l’auteur de La Fabrique des lendemains.

Épuisé  

Des voisins originaux

Des voisins originaux

« Je peux bien l’avouer à présent : j’ai su dès le début que les Hellenbeck avaient quelque chose d’étrange. Plusieurs détails m’avaient tout de suite intrigué, et même rendu perplexe. Puis j’avais pensé à autre chose. C’étaient des gens charmants, je les aimais bien ; qui n’a pas ses petites bizarreries ? »

Avec « Des voisins originaux », Jack Finney brosse à petites touches une histoire pleine de tendresse envers ses personnages et d’étrangeté.

Épuisé  

Ceux qui partent d'Omelas

Ceux qui partent d'Omelas

« Dans un fracas de cloches qui fit s’envoler les hirondelles, la Fête de l’Été entra dans l’éclatante cité d’Omelas, qui domine la mer de ses tours. »

Omelas, cité radieuse dont le bonheur éclatant ne dépend que d'une chose, un secret inavouable… Conte à la puissance inégalée, couronné par le prix Hugo de la meilleure nouvelle en 1974, « Ceux qui partent d'Omelas » compte au rang des chefs d'œuvre d'Ursula K. Le Guin.

Épuisé  

Encore cinq ans

Encore cinq ans

2078. La Terre est à l'agonie et la majeure partie de la population vit au sein de dômes artificiels. Milliardaire et inventeur de génie, Arthur Thompson a une idée pour rendre le globe de nouveau vivable. Il n'a pas besoin de grand-chose : une petite troupe de gens dévoués à sa cause, l'accord de la population, et cinq ans. Ou peut-être cinq ans de plus. Et encore cinq ans…
Avec « Encore cinq ans », Audrey Pleynet nous offre un condensé d'histoire du futur récompensé par le Prix des lecteurs de Bifrost 2022.

« Un beau texte, aussi simple dans sa narration que vertigineux dans ce qui est narré. » – Gromovar

« J’ai trouvé cette nouvelle absolument grandiose. Quel talent   » – Ombre Bones

« Texte aussi grandiose que militant, Encore cinq ans ne peut que vous émerveiller et vous faire réfléchir sur notre avenir. » – Les Lectures du Maki

Épuisé  

Père

Père

« J’ai eu un père pendant six mois. J’avais sept ans lorsque je l’ai rencontré. » États-Unis, milieu des années 50 : le Bureau des Vétérans organise une loterie pour les enfants dont le père a été lors de l'une des guerres. Les heureux lauréats reçoivent un robot abritant l'esprit de leur défunt paternel. Celui que reçoit ce garçonnet va changer sa vie…

« Un texte superbe, d’une grande sensibilité. » – Le Nocher des livres

« Une nouvelle incroyablement émouvante sur la relation d’un enfant et son père de remplacement et les méchanceté de bullies jaloux et ignorants. » – Tigger Lilly

« Simple, émouvant et tellement cruel, ce texte est de toute beauté. » – Les lectures du Maki

Épuisé  

En un lieu nommé Solitude

Galaxiales

En un lieu nommé Solitude

Lors de la phase de bouclage de l’intégrale des Galaxiales de Michel Demuth, Jean-Jacques Girardot choisit d’écrire la vingt-huitième nouvelle de la saga : « Dans les cryptes du Toucan ». Las, la nouvelle excédait le nombre de pages prévu. Il fut alors convenu de la raccourcir afin de la ramener au bon format. Mais lorsque l’auteur remit ce qui devait être sa nouvelle version, il s’agissait d’un tout nouveau texte, suite du précédent, qui collait cette fois parfaitement au nombre de signes imparti. Ce nouveau texte devenait par conséquent « Dans les cryptes du Toucan » pour l’édition de notre ouvrage. Quant au premier texte, véritable novella, il prit pour titre « En un lieu nommé Solitude… » et nous vous invitons désormais à le découvrir, en guise d’ample complément aux Galaxiales !

Gratuit   Télécharger

La Course de l'oiseau Boum-Boum

Galaxiales

La Course de l'oiseau Boum-Boum

Traducteur du Dune de Frank Herbert ou de 2001 : l’odyssée de l’espace d’Arthur C. Clarke, rédacteur en chef de la revue Galaxie, éditeur, Michel Demuth (1939-2006) est l’une des grandes figures tutélaires de la science-fiction française. Les Galaxiales, saluées par le Grand Prix de l’Imaginaire en 1977, représentent son chef-d’œuvre.
Pour fêter cette réédition, découvrez l'une des nouvelles emblématiques du cycle : « La Course de l'oiseau Boum-Boum » !

Gratuit   Télécharger

La Viandeuse

La Viandeuse

« Moi, j’étais la viandeuse – mais, à mon avis, personne ne sait plus ce que ça veut dire, de nos jours. L’eau et le sang ont tellement passé sous les ponts. » En Angleterre, en plein cœur de la Seconde Guerre mondiale, elle est membre de la Women’s Auxiliary Air Force et se traîne une réputation de femme filant la poisse. Jusqu’au jour où elle rencontre Walt Williams, pilote aguerri et doté d’une chance insolente…

Avec « La Viandeuse », Ian R. MacLeod propose une nouvelle ample et immersive, couronnée par le Prix des lecteurs de Bifrost 2021.

« Décidément, Ian R. MacLeod a une plume magnifique et le don de toucher le lecteur avec des personnages finement construits, tout en restant très mystérieux. » – Tigger Lilly

« Ce récit est magique ! » – Lorhkan et les mauvais genres

« Une vraie réussite. » – Les lectures de Xapur

Hors commerce  

Je vous ai donné toute herbe

Je vous ai donné toute herbe

Une planète lointaine. Une colonie. Une intelligence artificielle. Celle-ci veille depuis des siècles à la bonne marche de la terraformation, de sorte que les humains évoluent dans le meilleur environnement possible : la Zone. Au-delà, c’est l’Extérieur, aride et austère. Mais Dan, dont la compagne se prépare à accoucher de leur premier enfant, se questionne sur son monde…

Une nouvelle sensible par l’auteur du cycle de Lanmeur, récompensée par le Prix des lecteurs de Bifrost.

« Le texte est superbe, profondément humaniste et nous pousse à réfléchir. » – Lhisbei

« C’est beau, du Léourier tel qu’on l’apprécie. » – La Yozone

« Un texte très bien écrit avec pas mal de questionnements et de sensibilité. » – Célindanaé

Hors commerce  

Aleph Zéro

Aleph Zéro

« Dans la vitre du train, j’aperçois mon reflet sur fond de nuit, mes yeux trop grands, globuleux. Mes antennes qui frétillent. Sur le dos de la main de Rebecca, deux cicatrices rondes comme la lune, ombres claires sur la peau blanche. »

Un trajet en train. Un procédé mystérieux. Deux agents qui ne le sont pas moins. D’autres réalités, peut-être. Et un homard. (Si cela vous paraît flou, imaginez Mathieu Amalric dans le rôle du crustacé et Romain Duris dans le rôle du siège de train.)

Alors que Symposium, Inc. d’Olivier Caruso est en librairie depuis une poignée de jours, nous vous proposons de (re)découvrir l’auteur avec « Aleph Zéro », sa première — et déjantée — nouvelle parue dans les pages de Bifrost.

Hors commerce  

Plaine-guerre

Plaine-guerre

« Le ciel noir se hachure de longs traits rouges ; ce sont les tirs ennemis qui embrasent l’horizon. Ils pilonnent depuis trois jours et deux nuits la ligne du front ; là-bas. Parfois, on entend les déflagrations qui se suivent dans le lointain silence de la plaine nue. Tout est désolé, ici. Il n’y a plus un arbre, plus rien, seulement l’étendue séchée où s’alignent les chars de soutien. Par milliers. »

Sed est soldat. Depuis dix ans, il se bat sur la plaine-guerre, au sein d'un conflit sans rime ni raison. Jusqu'au moment où sa demande de permission lui est enfin accordée. Retourner chez lui, enfin… Peut-être.

Avec « Plaine-guerre », Thierry Di Rollo nous offre un texte d'une noirceur incomparable, récompensé par le Prix des lecteurs de Bifrost 2020.

Épuisé  

Guide sorcier de l'évasion : atlas des contrées réelles et imaginaires

Guide sorcier de l'évasion : atlas des contrées réelles et imaginaires

« Sans doute pensez-vous que voir un gamin emprunter le même livre un million de fois d’affilée nous ravirait. La vérité, c’est que ça nous empêcherait plutôt de dormir. »

C'est le cas de cette bibliothécaire du comté de Maysville, quelque part dans le Sud des États-Unis, qui voit ce même ado traîner dans les rayonnages. Il n'y a jamais eu que deux sortes de bibliothécaires : les vieilles revêches persuadées que les livres sont leur propriété personnelle, et les sorcières. Appartenant à la seconde catégorie, cette bibliothécaire a peut-être la possibilité d'aider le jeune homme…

Avec ce « Guide sorcier de l’évasion… », Alix E. Harrow nous offre une nouvelle sensible célébrant l'amour des bibliothèques et le pouvoir de la littérature, récompensée par le Prix Hugo 2019 ainsi que, récompensée par le Prix Hugo 2020… et aussi par le Prix des lecteurs de Bifrost 2020.

Épuisé  

Des millénaires de silence nous attendent

Des millénaires de silence nous attendent

« Alors qu’elle atteignait ses trente ans, Claude se mit à grandir…Le jour où elle remarqua que le bas de son pantalon s’était éloigné de ses pieds, elle mit cet incident sur le compte de la boite de chocolats que son service avait reçu à Noël. »

L'une n'arrête pas de grandir : c'est Claude — un mètre soixante-dix et ça continue. L'autre n'en finit pas de ne pas mourir : c'est Caroline — quatre-vingt-dix ans et ça continue. Aucune des deux ne se sent vraiment à sa place. Avec verve et tendresse, Catherine Dufour raconte leur parcours, dans cette nouvelle récompensée par le Prix des lecteurs de Bifrost 2020.

Épuisé  

Rentrer par tes propres moyens

Rentrer par tes propres moyens

Rien à voir avec une IA tutrice. Jamais d’extinction ni de veille. Son grand-père était toujours là, en fond, quand Elliot se réveillait entre ses draps grésillant d’électricité statique, quand il coupait les saucisses du petit-déjeuner que sa mère avait brûlées, quand il rejoignait à pied la piscine publique tôt chaque matin.

Se faire implanter la puce contenant la personnalité de votre grand-père en attendant que le corps cloné de celui-ci soit fin prêt ? Une broutille. Tout le monde fait ça de nos jours. C'est ce qui arrive à Elliott, un jeune adolescent…

Dans cette nouvelle, issue du recueil La Fabrique des lendemains, à paraître le 29 octobre, Rich Larson conjugue Greg Egan et Ken Liu avec sa propre sensibilité.

Épuisé  

Éclat

Éclat

« Comprends bien que c’est à toi de décider… »

Embarquez à bord de l'Eriophora ! Astéroïde aménagé : capacité d'accueil : 30 000 personnes ; nature de la mission : construire des portails hyperspatiaux pour la posthumanité ; durée du voyage : quelques millions d'années. Toute sa vie, Sunday Ahzmundin a été formée pour faire partie de l'équipage de l'Eriophora. A-t-elle vraiment le choix d'embarquer ? Rien de tel qu'une expérience cathartique au cœur du Soleil pour s'en assurer…

 

Épuisé  

Pâles mâles

Pâles mâles

Bienvenue dans le monde du travail… de demain. Evette est une seekfinder, parmi tant d'autres précaires, des gens qui « triment chaque jour comme des réfugiés climatiques tout en cherchant un autre travail pour le lendemain ». Louer un rein, promener des hyènes, jouer le mobilier, tout est possible et qu'importent les conséquences, dans cette corrosive nouvelle de Catherine Dufour issue du recueil L'Arithmétique terrible de la misère, en librairie depuis le 10 septembre.

Épuisé  

Harrison meurt avant la fin

Harrison meurt avant la fin

Dehors pour une petite promenade ? Brillante idée, Harrison Harrison. C’est bon pour la circulation sanguine, à ce qu’il paraît. Parfait, surtout par cette magnifique journée venteuse.
Après tout, il n’y a rien dans ce coin caillouteux, à part (a) des falaises dangereuses, (b) un océan furieux et (c) ton établissement scolaire, ce bon vieux collège de Dunnsmouth. Et comme aujourd’hui, c’est samedi, il n’y a absolument rien à y voir.
Tu ferais mieux d’ignorer ces bruits étranges qui émanent du collège. Vraiment. Tu ferais mieux de rentrer chez toi sans t’aventurer plus loin. Sans jouer à ce jeu. C'est plein de gens bizarres, de couloirs vides, de monstres — et de requins-renards. Vraiment. Abstiens-toi.

Récit bonus à Harrison Harrison, Harrison meurt avant la fin est une aventure inédite et interactive à jouer en ligne.

Hors commerce  

ZeroS

ZeroS

« Asante part en hurlant. L’enfer est une chambre de réverbération pleine de cris, d’eau de mer et de chocs métalliques. Des ombres monstrueuses passent sur les cloisons, de la lumière verte ondule et s’entrecroise sur la moindre surface. Telles des créatures qui surgissent d’un lagon brillant, les S?hilites émergent du puits central en ouvrant le feu : le milieu du corps de Rashida explose en une brume sombre, sa moitié supérieure tombe sur le pont. Kito est toujours en train de se traîner vers le fusil à harpon sur le séchoir… comme si un vieil outil de pêche pouvait repousser ces monstres avec leurs flingues, leur air comprimé et leurs petites cartouches qui s’enfoncent loin dans votre chair avant de vous montrer l’effet sur vos intestins de la libération de cinq cents atmosphères. Asante a moins que ça. Il n’a que ses poings. »

Situé dans le futur dystopique abordé dans Vision aveugle et Échopraxie, futur peuplé de vampires et de… zombies mais à la mode Peter Watts, « ZeroS » questionne les notions de vie et d'humanité avec la douceur d'un panzer. Et au son de David Bowie. Une novelette qui claque, récompensée par le Prix des Lecteurs de Bifrost 2019.

Hors commerce  

La Longue Patience de la forêt

La Longue Patience de la forêt

« Dans la forêt, les hommes reconnaissent leur Mère. Elle produit les fruits et les racines qui les nourrit, elle les abrite, elle leur offre les potions, les onguents qui soignent leurs maux, ainsi que les parures nécessaires à la fête qui suit la guérison. Mais, de même que l’embryon baigne dans la chaleur du ventre maternel sans velléité d’en sortir, de même ils restent confinés en elle. À cela, il y a une bonne raison : s’éloigner de son giron, c’est se condamner à mourir asphyxié. »

Avec « La Longue Patience de la forêt », l'auteur de Helstrid signe une aventure végétale riche d'espoir, couronnée par le Prix des Lecteurs de Bifrost 2019.

Hors commerce  

Pour toujours l'humanité

Pour toujours l'humanité

« Les précédentes missions Apollo nous avaient permis de répéter chaque étape en environnement réel. Tout avait été vérifié, contrôlé. Nous savions faire les choses et nous savions que nous le savions. Ne restait qu’une incertitude : le redécollage d’Eagle. »

Afin de célébrer le cinquantenaire de l'alunissage d'Apollo 11 et la parution du Bifrost 95 spécial Lune, nous vous invitons à (re)découvrir « Pour toujours l'humanité ». Léo Henry déploie dans cette nouvelle uchronique une ambiance étrange et décalée, une certaine nostalgie, une écriture au cordeau… avec la lune en ligne de mire.

Hors commerce  

Voyage avec l'extraterrestre

Voyage avec l'extraterrestre

« Il fallait l’admettre, les vaisseaux extraterrestres étaient beaux : des dômes en superpositions de plaques chitineuses aux couleurs d’aurore perlée, tels des reflets sur une mer d’huile. Ils avaient surgi une nuit, dix structures incongrues, bulles de savon éparpillées au-dessus du continent nord-américain. L’un bloquait une autoroute de l’Ohio, un autre monopolisait le parking d’un stade de Tulsa, mais la plupart se dressaient dans un champ de maïs, une forêt, un désert, autant d’endroits où ils ne dérangeaient guère. »

Les aliens sont arrivés mais le monde n'en a pas été changé. Venus en paix, sans exigence ni questions, les visiteurs d'outre-espace se content de rester à bord de leurs astronefs et n'ont d'autre contact avec l'humanité que leurs impassibles traducteurs humains. Conductrice d'un van de tournée, Avery reçoit un jour une proposition pour un job des plus particuliers : transporter un de ces extraterrestres et son traducteur à travers les USA…

Dans « Voyage avec l'extraterrestre », Carolyn Ives Gilman nous offre une nouvelle pleine de subtilité sur la communication et la nature de la conscience…

Hors commerce  

T'ien-Keou

T'ien-Keou

« Tout avait commencé par une fleur. Pas une fleur ordinaire, oh non. Celle-là était vraie. »

Ou-I-Pai vit dans une colonie spatiale, une arcologie plongée dans un lent processus de délabrement. Lorsque son maître, le peintre Teng Baishi, demande à Ou-I-Pai de lui ramener la seule fleur restant dans cet astéroïde évidé, le jeune homme n’hésite pas… sans se douter qu’il se lance au-devant d’une aventure qui le laissera métamorphosé à jamais.

Épuisé  

Brumes fantômes

Brumes fantômes

Tueur à gages, Bersekker revient sur sa planète natale pour y régler quelque affaire familiale et, si possible, maintenir encore à distance les brumes fantômes qui le hantent. Thierry Di Rollo signe ici un récit éminemment personnel, récompensé par le Prix des lecteurs de Bifrost 2018.

Épuisé  

Comment c'est là-haut ?

Comment c'est là-haut ?

Comment c'est là-haut ? Comment c'est sur Mars ? Frank revient de la deuxième expédition martienne et il sait que la réalité n'est pas rose. Faut-il pour autant abandonner le rêve de la conquête spatiale ? Un texte poignant par l'un des maîtres de l'Âge d'or de la science-fiction, couronné par le Prix des Lecteurs de Bifrost 2018.

Épuisé  

Procédure de dissimulation

Procédure de dissimulation

Cela fait bien dix ans qu'Ed Shaughnessy et Karrie Kloistermann arpentent l'espace à bord du Loin de chez soi, et ils pourraient bien bourlinguer comme ça encore dix ans, en quête d'épaves de vaisseaux spatiaux éparpillées aux quatre coins de l'Expansion. Jusqu'au jour où, en vacances du côté de Procyon VII, Ed rencontre Ella Rodriguez, jeune femme en fuite. Qui est-elle ? D'où vient-elle ? Et pourquoi est-elle poursuivie par une escouade de redoutables drones tueurs ?…

Épuisé  

Proscenium

Proscenium

« Sorn n'a plus faim depuis longtemps. Il se contente de survivre à l’absence ; par-delà quelques parsecs, loin de ce monde en périphérie de la nébuleuse N-24 où il vient d’atterrir, elle s’en est allée au creux de l’espace noir. Et souvent elle vient lui sourire dans ses pseudorêves. »

En état de semi-mort, Sorn n'a plus qu'un seul but dans ce qui lui reste de vie : retrouver Naëva, son amour de jeunesse. La seule et unique. À bord du Proscenium, sa seule richesse, Sorn arpente l'espace, dans une quête désespérer pour se rapprocher de celle qui pourtant demeure inaccessible.

Un récit poignant, couronné par le Prix des lecteurs de Bifrost 2017.

Épuisé  

Avec ses yeux

Avec ses yeux

« Après plus de deux mois de travail ininterrompu, j’étais harassé de fatigue. Aussi demandai-je au directeur du Centre de navigation aérospatiale de m’accorder deux jours de congé, histoire de m’aérer et de me changer les idées. Mon supérieur accepta, à la condition que je prenne une paire d’yeux avec moi. »

Drôle de requête que celle soumise au narrateur : porter une paire de lunettes augmentées pour son weekend au Taklamakan. Des lunettes qui permettent à ceux travaillant dans l'espace, loin de toute nature, de voir la même chose que leur porteur. Ici, à l'autre bout de l'appareil, il y a une jeune femme, qu'un rien émerveille. Qui est-elle ? Et surtout : où est-elle ?

Une nouvelle pleine de tendresse signée Liu Cixin et couronnée par le Prix des lecteurs de Bifrost 2017 !

Épuisé  

Fin de partie

Fin de partie

« Jeff, et si on pouvait mettre de l’ordre dans ses idées comme dans sa chambre ? » C'est la question que se pose Allen, le meilleur ami de Jeff Galagher. Est-il possible de se concentrer pleinement sur une tâche ? Et si oui, à quel prix ?

Épuisé  

1 2 3 4 5 6 7 8 9  

Ça vient de paraître

La Marche funèbre des Marionnettes

Le dernier Bifrost

Bifrost n° 114
PayPlug